September 29, 2022

Weekly Oracle

Complete News World

Absolution après une agression sexuelle: l’ingénieur perd son emploi

L’ingénieur culpable d’aggression sexuelle qui a obtenu l’absolution pour ne pas nuire à sa carrière a finalement perdu son emploi, tandis que des députétes ont denoncée une decision « troublante » et « choquante ».

• À lire aussi: Il s’en prend à une amie soule: pas de casier judiciaire pour un ingénieur agresseur sexuel

« Après #MoiAussi, après tout le travail de dénonciation et sensitization, lire des passages de ce jugement est extremely troublant », a commenté sur les réseaux sociaux la députéte du Parti Québecois Véronique Hivon, peu avant que la Couronne annonce quelle porterait le dossier en appel.

La députéte libérale Isabelle Melançon s’est dite « choquée, plus que bouleversée, outrée » en affirmant que le jugement « vient assombrir et remettre en question les femmes » qui veulent porter complainte.

Manque de jugement… du juge ?

Ces réactions font suite à une décision du juge Matthieu Poliquin, de Trois-Rivières, affirmant que Houle, 30 ans, ne méritait pas de casier judiciaire pour son crime commis lors d’une fête arrosée alors qu’il était étudiant en 2019.

En plus d’aggresser une amie saoule, il avait aussi photographié ses parties intimates.

Accusé d’agression sexuelle et de voyeurisme, il avait attendu deux ans avant de plaider coupable.

« Son arrest, sa mise en accusation et le delay de plus de deux ans à penser aux conséquences […] sont sufficient dissuasifs », a dit le juge en affirmant que l’alcool consommé par Houle ce soir-là « peut permettre d’expliquer un comportement ».

See also  Tempête politique aux États-Unis après la perquisition du domicile de Trump

En thérapie, Houle avait confié avoir commis une autre aggression dans le passé, ce qui a été interpreted comme de la « transparence ».

Mais malgré la volonté du juge de ne pas nuire à la career de l’agresseur sexuel, ce dernier a quand même perdu son emploi, mardi.

« The company has decided to put an end to its employment relationship during a phone call », said au Journal le vice-président aux ressources humaines de Canimex, Michel Goulet.

Dans le jugement, il était d’ailleurs expliqué que durant les procedures, son employeur l’avait déjà mis « à l’écart » en l’empêchant de participer aux fêtes et aux sorties de bureau, tout en le maintenant en télétravail.

Houle, qui avait affirmed souhaiter rester ingénieur, avait toutefois dit en cour qu’il pourrait eventually changer de domaine.

« Il a entrepris, à temps partiel, un certificat en droit », a d’ailleurs indicé le juge.

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l’adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.