December 9, 2022

Weekly Oracle

Complete News World

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture vendredi

(Photo: Getty Images)

REVUES DES MARCHÉS. Les marchés boursiers appreciate vendredi l’annonce d’un assouplissement de plusieurs mesures contre la COVID-19 en Chine, tout en continuant de savorer le ralentissement plus fort que prévue de l’inflation américaine.

Dans le sillage des marchés occidentaux qui avaient nettement salué jeudi le tassement de la hausse des prix aux États-Unis, les places asiatiques ont connu une séance enthousielle vendredi: Hong Kong a bondi de 7,7%, Tokyo de 2,98%.

Elles ont aussi été dynamisées par l’annonce d’un assouplissement de certaines mesures contre la COVID-19 en Chine, notably une réduction de la quarantaine à l’arrivée dans le pays, qui passe de dix à huit jours.

Les marchés européens tendaient de garder leur élan suscité par le ralentissement de l’inflation aux États Unis, qui fait naître l’espoir que la Réserve fédérale américaine freinera la cadence de ses prochaines hausmes de taux.

Wall Street était attendue dans le vert, au lendemain d’une séance euphorique. Les contrats à terme esquissaient une hausse comprise entre 0,44% et 0,55% avant l’ouverture.

Les indices boursiers à 07h30

Les contrats à terme du Dow Jones Gagnaient 120,00 points (+0,36%) à 33 832,00 points. Les contrats à terme du S&P 500 progressaient de 14,25 points (+0,36%) à 3 975,25 points. Les contrats à terme du Nasdaq augmentaient de 48,25 points (+0,41%) à 11 680,50 points.

À Londres, le FTSE 100 diminuait de 33,46 points (-0,45%) à 7 341,88 points. À Paris, le CAC 40 Augmentait de 18,41 points (+0,28%) à 6 575,24 points. À Frankfurt, le DAX Augmentait de 55,80 points (+0,39%) à 14 201,89 points.

See also  Omigran spreads rapidly and the effectiveness of vaccines is low

En Asie, le Nikkei de Tokyo advanced by 817,47 points (+2,98%) to 28,263,57 points. De son côté, le Hang Seng de Hong Kong a augmented de 1 244,62 points (+7,74%) à 17 325,66 points.

Du côté du pétrole, le prix du barrel de WTI american gain 2,76 $ US (+3,19%) à 89,23 $ US. Le baril de Brent de la mer du Nord augmentait de 2,73 $ US (+2,91%) à 96,40 $ US.

Le contexte

L’annonce jeudi d’un ralentissement plus fort que prévue de l’inflation aux États-Unis en octobre a déclenché une freénésie d’ordres d’achats d’actions, un effondrement des returns des emprunts d’État et un reflux du dollar american.

«Peut-être qu’il ya de la lumière au bout du tunnel de l’inflation?», s’interroge Neil Wilson, analyste de markets.com.

Avec une hausse des prix qui décélère et une économie qui ralentit, les investors estiment que la banque centrale américaine pourrait lever le pied dans son cycle de resserrement monétaire.

Sur le marché de la dette souverainee, les returns se retendaient vendredi après s’être effondrés la evell.

Les investisseurs regarderont dans l’après-midi l’indicateur measuring la confiance des consommateurs américains pour novembre (Université du Michigan).

Les nouvelles d’une simplification des arrivés internationales en Chine portaient en hausse les valeurs de l’industrie du luxe, qui appréciéaient également la force des sales semestrielles du géant suisse Richemont (+9,15%), propriétaire la maison de joaillerie Cartier.

Ainsi Prada (+9%), Moncler et al Swatch (+3%) ainsi que Salvatore Ferragamo (+5%) étaiten tirés à la hausse, tandis que LVMH montait de plus de 2% vers 6h55, heure du Québec.

See also  Washington va fournir à l'Ukraine «des systemes de missiles plus avancés

Dans l’aérien, Air France-KLM Prenait 4.78%, Easyjet (+3,33%) et Lufthansa (+2,07%).

Dans les ressources de base, ArcelorMittal advance de 2,58% à Paris, Rio Tinto et BHP Group progressaient de plus de 4% à Londres.

Des données relative à Thales, dont le groupe LockBit 3.0 avait revendiqué un vol de données, ont été mises en ligne jeudi sur le darkweb, at-on appris vendredi aupres du groupe de défense et de technologies, pour qui il n’y a « pas d’effet sur ses activités», ce qui n’a pas convenir les investisseurs. L’action chutait de 6,35% à Paris, en bas de l’indice CAC 40.

Le dollar américain baissait à nouveau au lendemain de sa pire session depuis sept ans, plombé par l’affaiblissement de l’inflation sur un an aux États Unis, tandis que la livre souffrait face à l’euro d’une contraction du PIB britannique .

Vers 6h30, le Dollar index, qui compare le billet vert à un panier d’autres grandes devises, cédait 0,89% à 107,23 points. Sur deux séances, il dégringole d’environ 2,95%.

L’euro prenait pour sa part 0,68% à 1,0283 $ US.

La livre britannique montait de 0,30% à 1,1751 $ US, mais se repliait face à l’euro de 0,44% à 87,52 pence.

Le bitcoin refluait de 2,54% à 17 355 $ US. Les investisseurs surveillaient les éventuels implications des déboires du sector des cryptomonnaies qui tangué après que la plus grande platforme d’échanges, Binance, a renoncé à racheter sa concurrente FTX en mal de liquidités et qu’elle devait renflouer.

Les cours du pétrole étaiten souteun par les assouplissements des restrictions anti-COVID chinoises.

See also  Vague de chaleur en Europe: des évacués craignent que ce ne soit qu'un début