January 30, 2023

Weekly Oracle

Complete News World

Brésil : les forces de l’ordre reprennent le contrôle du Congrès après une émeute

Les autorités aurait également mis la main au collet d’au moins 150 émeutiers, des partisans de l’ex-président d’extrême droite Jair Bolsonaro.

Des images de la chaîne CNN Brésil ont montré des bolsonaristes vetus en jaune et en vert descending en file indienne, les mains derrière le dos, la rampe du palais presidentiel de Planalto, enfraud de policeiers.

Sur d’autres images, on peut voir un autobus rempli de demonstrators interpellés partir en direction d’un poste de police.

La police attachée au Sénat announced avoir arrêté 30 personnes dans la Chambre, un des lieux de pouvoir pris d’assaut par les Bolsonaristes, au même titre que la Chambre des députés voisine, le palais présidentiel et la Cour suprême.

À la tombée de la nuit dans la capitale brésilienne, les forces de l’ordre semblaient reprendre progressively le contrôle de la situation, des canons à eau maintenant les manifestants à distance, même si des dizaines de manifestants demeuraient sur place et que la situation restait confused.

La police est intervenue en force pour déloger les émeutiers.

Photo: Reuters / Wesley Marcelino

Des gestes posés par des « fascistes » et des « fanatics »

En déplacement à Sao Paolo, Lula a denoncé ces incidents commis par des fascists et par des fanatics qui seront punis avec toute la force de la loi. Dans le même discours, il requested que les forces de sécurité fédérales soient déployés à Brasilia jusqu’au janvier 31.

Le chief de la sécurité du District federal et ancien ministre de la Justice et de la Sécurité publique du Brésil, Anderson Torres, a été démis de ses fonctions et le bureau du procureur général a dit avoir demandé son arreste.

En milieu d’après-midi, des milieres de demonstrators se sont ressemblés près des lieux de pouvoir brésiliens. Nombre d’entre eux ont fait irruption à la Cour suprême et au Congrès, où ils ont cassé des fenêtres et du mobilier.

Les médias locaux ont estimate à around 3000 le nombre de personnes presentes lors de ces incidents, qui rappellent l’attack du Capitole américain le 6 janvier 2021 par des partisans de l’ex-président américain Donald Trump.

The demonstrators contest the result of the election of October 30, which saw the leftist candidate Luiz Inacio Lula da Silva beat the outgoing president Jair Bolsonaro.

  Des manifestants à Brasilia.

Partisans of former Brazilian president Jair Bolsonaro broke into an official building during a demonstration against president Luiz Inacio Lula da Silva in Brasilia, Brazil.

Photo : Reuters / ADRIANO MACHADO

Jair Bolsonaro has contested several times, sans proof, the credibility of the electronic voting system of Brazil, which many of his partisans approve of. M. Bolsonaro left Brazil for Florida 48 hours before the end of his mandate.

The Parti des travailleurs de Lula asked the bureau du procureur général to order the forces of public security to intervene to contain the demonstrators.

The governor of Brasilia, Ibaneis Rocha, declared to Reuters that toutes les forces de sécurité avaient été deployed pour affronter les émeutiers.

Soutiens de l’Amérique latine et du monde entier

Des messages de soutien au president Lula ont afflué d’Amérique latine et du monde entier. American President Joe Biden called the situation “scandalous” after his Secretary of State Antony Blinken condemned the attack on Brazilian institutions. Tout comme le président français Emmanuel Macron, qui a publié un message sur Twitter :

« The will of the Brazilian people and democratic institutions must be respected! Le president Lula peut compter sur le soutien indéfectible de la France. »

Une citation de Emmanuel Macron, president of France

In Mexico, president Andres Manuel Lopez Obrador affirmed his full support for the Brazilian administration.

Des vandales dans le palais presidentiel à Brasilia.

Des partisans de l’ex-président brésilien Jair Bolsonaro vandalisent une salle du palais du Planalto à Brasilia.

Photo : Reuters / ADRIANO MACHADO

Le fascisme has decided to organize a coup d’État au Brésil, a pour sa part écrit sur Twitter le président colombien Gustavo Petro, qui a demandé une réunion urgente de l’Organisation des États américains (OEA). Sur le même réseau, the Chilean president Gabriel Boric denounced one Attaque lâche et vile contre la démocratie.

His counterpart Argentinian Alberto Fernandez is part of his soutien au president Lula face à cette tentative de coup d’État.

The American Embassy in Brazil advises its citizens to avoid downtown Brasilia until the new order.