January 30, 2023

Weekly Oracle

Complete News World

China : cap sur la vaccination après la grogne anti « zéro COVID » | Coronavirus

La Commission nationale de la santé, qui fait office de ministère, s’est engagée à Accelerating the rate of vaccination of persons aged over 80 and continuing to increase the rate of vaccination of persons aged 60 to 79.

Only 65,8 % of the inhabitants of more than 80 years are fully vaccinated, ont indicé des responsables de cette Commission lors d’une conférence de presse, alors que Pékin n’a toujours pas apprové les vaccins à ARN, deemed more effective.

In China, the deployment of the forces of order in the grand cities has dissuaded the demonstrators from gathering. Le gouvernement maintient sa politique zéro COVID, mais il met le cap sur la vaccination et assouplit ses mesures sanitaires. Le récit de Lise Villeneuve.

Photo: Getty Images / HECTOR RETAMAL

The insufficient vaccination rate in China, particularly in the elderly, is one of the arguments put forward by the government to justify its strict health policy, with confinements at repetition, quarantines at the arrival of foreigners and tests quasi quotidiens pour la population.

Y remédier pourrait justement ofrifer à la China une porte de sortie au Zero COVID.

  Arrestation d'un protestant en Chine.

Un homme est arrêté à Shanghai lors d’un rassemblement.

Photo: Getty Images / HECTOR RETAMAL

En vigueur depuis bientôt trois ans, cette politique a été la cible des manifestations survenues ce week-end dans plusieurs villes, le mouvement de contestation le plus étendu depuis les mobilisations pro-démocratie de 1989.

En toile de fond également, de profondes frustrations vis-à-vis du système politique chinois, comme l’ont montré les slogans chantés par la crowde, certains exigent la démission du president Xi Jinping et le départ du Parti communiste au pouvoir.

See also  The commandant adjoins the flotte russse de la mer noire tu dans combats in Ukraine

Londres convoque l’ambassador de Chine

The Chinese ambassador to the United Kingdom was summoned to the Ministry of Foreign Affairs after the arrest of a journalist from the BBC who covered demonstrations against politics. Zero COVID à Shanghai, announced the chef de la diplomacy britannique. According to la BBCson journalist Edward Lawrence a été battu et frappé à coups de pied par la police à Shanghai avant d’être libéré.

The trigger element: a deadly fire last week in Urumqi, the capital of the region of Xinjiang (Nord-Ouest). Les restrictions sanitaires sont accusées d’avoir empêché le travail des secours, des arguments balayés lundi par le gouvernement.

Après un week-end agité dans de nombreuses villes du pays, plusieurs manifestations étaiten étaiten lund soir, mais elles n’ont pas eu lieu, des journalistes de l’AFP à Pekin et Shanghai observant une forte présence policière.

Manifestation in China.

Des manifestants tienn des feuilles de papier blanc pour protester contre les restrictions sanitaires imposées par les authorities chinoises.

Photo : Reuters / THOMAS PETER

À Shanghai, près de l’endroit où la crowde s’était réunie dimanche, les employés de bars du quartier ont confié à l’AFP avoir reçu l’ordre de fermer à 22 h en raison d’un control of the epidemic. Des groupes d’agents se tenaient aux abords de chaque sortie de métro.

Lundi, pendant la journée, des journalistes de l’AFP ont vu l’arrestation de quatre personnes, dont une a été relâchée ensuite.

La politique (zéro COVID), c’est vraiment trop stricta confié à l’AFP un jeune homme de 17 ans, qui n’a pas résistance donner son nom. Elle tue plus de gens que la COVIDat-il ajoute, reflétant la lassitude d’une grande partie de la population.

See also  Congress | The judge dismissed Trump for wanting to keep his tax account secret

Important presence police

Lundi à Pékin, the deployment of policemen en voiture et à pied, avec l’aide d’un réseau de caméra de surveillance, mais aussi du froid ambient, a également découragé tout nouveau rassemblement.

Certains ont toutefois réussi à se réunir, notably à Hong Kong – secoué en 2019 par des manifestations pro-démocratie – où des dizaines de personnes ont rendu hommage, à l’Université chinoise, aux victims de l’incendie d’Urumqi, a connoté l’AFP.

Ne détournez pas le regard, n’oubliez pas! ont-elles scandé.

And in Hangzhou, a city located 170 kilometers south-west of Shanghai, the security forces were also visible, while small demonstrations broke out, according to images circulating on social networks and some of them were geolocalized.AFP.

C’était vraiment le désordrea témoigné à l’AFP une participante, qui a assured que 10 personnes avaient été arrêtées. Il y avait beaucoup de présence policière, c’était le chaos.

Deployment of police officers in Shanghai.

The police block the rue Wulumuqi, qui porte le nom d’Urumqi in Mandarin, à Shanghai, le 27 novembre 2022, dans le quarter où se sont déroulées the eve of the demonstrations against the Chinese policy of « zero COVID », après un incendie meurtrier à Urumqi, the capital of the region of Xinjiang.

Photo: Getty Images / HECTOR RETAMAL

The strict control of authorities on information and health restrictions on travel within the country complicate the verification of the total number of demonstrators during the weekend.

Mais un soulèvement aussi étendu est rarissime en Chine, compte tenu de la répression contre toute forme d’opposition au gouvernement. Il a immediately suscité l’attention de la communauté internationale.

See also  4 étudiants assassinés en Idaho: voici ce qu'on sait sur les mystérieux meurtres

The American President Joe Biden has said that he will Informé de ce qui se passe de près.

Aux États-Unis, les communautés chinoise et ouïghoure (de la région du Xinjiang) ont tenu des veillées en hommage aux victims des excès de la politique zéro COVID.

The authorities are using the pretext of COVID, but they are using strict confinements to control the Chinese populationa commenté à l’AFP une participante chinoise de 21 ans, qui a seulement donné son nom de famille, Chen.

Si Pékin maintient pour l’instant sa stricte politique anti-COVID, quelques gestes d’assouplissement sont apparus ces derniers jours.

À Urumqi, dès mardi, les inhabitants pouvant à nouveau se displacer en bus pour faire leurs courses, après des semaines de confinement dans cette de ville de 4 million d’habitants.

La ville de Pekin a interdit The practice consists of blocking the doors of buildings in closed residential complexesa indicé l’agence Chine Nouvelle, un procédé qui a alimenté la colère populaire.

An influential commenter of the state media a lui laissez entendre que les contrôles potrouillet être bientôt allégés à la suite des manifestations.

La China pourrait sortir de l’ombre de la COVID-19 plus tôt que prévuea assured Hu Xijin, chroniqueur et ex-rédacteur en chef du tabloïd nationaliste Global Timesvia Twitter, une platforme interdite en Chine.