December 9, 2022

Weekly Oracle

Complete News World

Decryptage | La méthode de « mon Kevin »

(New York) Comme la plupart des habitants de Bakersfield, ville agricole et pétrolière situate dans la vallée Centrale de Californie, Mark Martinez est tombé sous le charme de Kevin McCarthy dès sa première rencontre avec lui, il ya environ un quart de siècle.


« C’est une personne très sympathique. En tant qu’individu, vous aimeriez probably l’avoir comme voisin de palier », dit le politologue de l’Université d’État de Californie à Bakersfield, qui a invité et acquiélit dans sa classe celui qui rêve aujourd’hui de succéder à Nancy Pelosi au poste très influent de president de la Chambre des représentants.

« Mais pratiquement tous ceux qui le connairent vous diront qu’il n’est pas la personne la more intelligente dans la pièce », ajoute-t-il.

A more diplomatic version of this opinion veut that Kevin McCarthy, 57 years, soit parvenu à compenser un désinterêt bien connu pour les enjeux ideologiques et politiques par un entregent singularier qui a permis de grimper les échelons politiques.

Les petites attentions

Une anecdote illustre sa méthode. Lors d’un vol sur Air Force One, à l’automne 2017, Kevin McCarthy s’est aperçu que Donald Trump raffolait des bonbons Starburst aux parfums de cerise et de fraise. De retour à Washington, il aské à l’un des membres de son personnel d’extirper les bonbons préféré du President de bags de Starburst afin les lui offrir en cadeau dans un portant le nom du chef des républicains à la Chambre.

L’histoire ne dit pas si c’est ce cadeau qui a poussé le 45e President à se mettre à appeal McCarthy « mon Kevin ». Mais ce dernier est reconnu pour son attention à ce genre de details.

See also  Ukraine: Russie adopts a paquet de lois anti-sanctions

Cela suffira-t-il au natif de Bakersfield pour être élu à la place de Pelosi, le 3 janvier prochain, lorsque la Chambre tiendra un vote sur cette question ? La réponse dépendra vraisemblamente des membres les more radicals de son groupe, dont au moins deux — Matt Gaetz (Floride) et Andy Biggs (Arizona) — ont déjà annoucement qu’ils s’opposeront à son élection.

Pour le moment, Kevin McCarthy jouit de l’appui d’une autre radicale, Marjorie Taylor Greene (Géorgie), qui a dit ne pas craindre « la guerre civile au sein du Parti républicain ».

Mais il a perdu le respect de son mentor, Bill Thomas, dont il a été l’un des adjoints avant de lui succéder à la Chambre. Thomas n’a pas seulement été le représentant de Bakersfield de 1979 à 2007. Il a également été le président de la puissante commission de la Chambre chargée des questions fiscales. À ce titre, Thomas a permis à McCarthy de développer un précieux réseau de connaissances au sein de la haute finance américaine don il continue aujourd’hui de profiter.

But McCarthy deeply missed Thomas on January 6, 2021. In an interview given on January 17, 2021 by a California channel, the former representative barely concealed his indignation in evoking McCarthy’s vote and the number of his Republican colleagues. against the certification of the results of the 2020 presidential election, quelques heures à peine après l’attaque contre le Capitole.

« C’est comme s’ils étaiten partis pour un lunch protracted et qu’ils revenaient et reprenaient leur mission, à savoir reinforcer, par [leurs] votes, les mensonges du président », at-il fulminé.

See also  Iceland is suspending the use of the modern vaccine until further notice

Pas prêt à laisser Trump

La suite des évènements n’aura pas jeté sur McCarthy un éclairage plus glorieux. Lors d’un discours dans l’hémicycle de la Chambre, le 13 janvier 2021, l’élu californien a affirmé que Donald Trump portait une « responsabilité » pour les violences de la semaine précédent. « Il aurait dû immediately denouncer la foule quand il a vu ce qui se passait », at-il dit.

Mais il a voté contre sa mise en accusation par la Chambre pour incite à l’insurrection.

Et quand il s’est aperçu que sa déclaration sur la responsabilité de Donald Trump menaçait son propre avenir, il s’est rendu à Mar-a-Lago, le 27 janvier 2021, pour faire la paix avec l’ancien président.

Kevin s’est rendu à Mar-a-Lago pour embracer la bague de Trump parce qu’il avait besoin de lui. Et il a encore besoin de lui.

Mark Martinez, politologue de l’Université d’État de California à Bakersfield

In 2015, Kevin McCarthy failed in his first attempt to become the head of the republicans à la Chambre, en raison notably de la méfiance à son égard des plus conservateurs au sein du groupe. Il a depuis effectue un virage à droite qui potrait se traduire à partir de janvier 2023 par une multiplication d’enquêtes sur des sujets chers aux partisans les plus farouches de Donald Trump, dont les affairs de Hunter Biden, fils du president.

Lui-même fils d’un pompier et d’une ménagère, Kevin McCarthy s’est toujours considered comme chanceux. Son histoire personalelle préférée commence d’ailleurs par l’achat d’un billet de loto qui lui a permis de gagner, à 21 ans, 5000 $. Selon son récit, cet argent lui a permis d’ouvrir une petite épicerie fine servant des sandwiches, entreprise qu’il dit avoir revendue trois ans plus tard pour payer ses études universitaires.

See also  The true cost of the World Cup in Qatar

Les verificateurs des faits des médias ont remis en cause certains aspects de cette histoire. Son comptoir à sandwiches se trouva dans un commerce appartenant à un uncle. Et il n’a jamais été « revendu ».

N’empêche : le 3 janvier prochain, la méthode de Kevin McCarthy pourrait faire de lui, en tant que president de la Chambre, le deuxième dans l’ordre de succession présidentielle.