May 29, 2023

Weekly Oracle

Complete News World

En plein virage vers l’Asie, Poutine supervise des manœuvres avec la Chine

OUSSOURÏÏSK | Le président russe, Vladimir Poutine, supervised on Tuesday the military exercises in which China participated, avant un economic forum tourné vers l’Asie, à l’heure où Moscou regarde vers l’Est, en plein conflit avec les Occidentaux.

• À lire aussi: Sean Penn et Ben Stiller interdits d’entrée en Russie

• À lire aussi: Vladimir Putin is still very popular in Russia, according to a survey

Depuis le début de son offensive en Ukraine le 24 février, qui lui a valu des occidentales sans précédent, la Russie a mis le cap sur l’Asie, notably pour y trouver des débouchés, des suppliers et des markets pour remplacer ceux perdus en raison des mesures américaines et européennes.

For its part, China is going through a diplomatic crisis with Washington, notably since the visit to Taiwan in August by the president of the American House of Representatives, Nancy Pelosi.

C’est dans ce contexte que Moscou mène depuis jeudi dernier des exercices militaires de grande ampleur dans l’Extrême-Orient russe, to which participent plusieurs pays alliés, dont des militaires chinois.

Sous la pluie et dans le brouillard, M. Poutine s’est rendu mardi matin au terrain d’entraînement militaire de Sergueïevski, l’un des sites accueilant ces manœuvres, baptisées Vostok-2022 (Orient-2022). Il avait aupuravan eu une «réunion à huis clos» avec le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, et le chef de l’état-major, Valéri Guérassimov.

According to Moscow, more than 50 000 soldiers and more than 5000 pieces of arms and military equipment, including 140 aircraft and 60 ships, are mobilized for Vostok-2022.

Des unités de plusieurs pays frontaliers ou alliés de la Russie, comme la Biélorussie, la Syrie, l’Inde, mais surtout la Chine, y participent.

Mercredi, le military doit céder la place à l’économique, avec la participation de M. Putine au Forum économique oriental qui se dépuis depuis lundi à Vladivostok (south-est de la Russie).

The Chinese delegation will be the largest with 114 people, according to the Kremlin.

Le chef du Comité permanent de l’Assemblée nationale populaire, Li Zhanshu, troisième plus haut responsable chinois, will participate in the plenary session of the forum alongside M. Putin. A bilateral meeting is also planned.

Plus de gas à la China

In another sign of the rapprochement between Moscow and Beijing, the Russian gas giant Gazprom announced on Tuesday that China would settle its contracts in rubles and yuan instead of the dollar. Le patron de Gazprom, Alexeï Miller, a dit espérer dans un communiqué que cette mesure donnerait un «élan supplémentaire au développement de nos économies».

De nouveaux accords d’achat et de vente de gaz à long terme via le gasoduc oriental Force de Sibérie ont par ailleurs été signé mardi.

«Les relations russo-chinoises de partenariat global et de cooperation stratégique se développement de manière progressive», sest felicité le Kremlin dans un communiqué, faisant l’éloge de l’approche équilibré de la China envers la crisis ukrainienne» et de la «compréhension» par Pékin des raisons de l’offensive russe.

Par ailleurs, la première banque russe, Sberbank, announced on Tuesday that it had begun to issue loans in yuan, assuring that there was a strong demand in the country.

See also  Le Canada enverra des chars Leopard 2 à l'Ukraine

À part la China, l’Inde et la Burmanie seront aussi à l’honneur au forum à Vladivostok, le chef de la junta burmane Min Aung Hlaing y étant attendu.

À Moscou, le ministre thailandais des Affaires étrangères, Don Pramudwinai, doit être reçu mardi par son homologue russe, Sergueï Lavrov, qui s’était rendu, quant à lui, en Birmanie et au Cambodge en août.

Enfin, le sommet de l’Organisation de cooperation de Shanghai (OCS), prévue les 15 et 16 septembre à Samarkande, en Uzbékistan, sera une autre occasion pour M. Putine de se concentré sur l’approfondissement des relations en Asia.

Une rencontre pourrait même avoir lieu, selon des sources diplomatiques, entre M. Poutine et le dirigeant chinois, Xi Jinping, lequel n’a pas quitté la Chine depuis 2020 en raison de la pandemie de COVID-19.

Les deux hommes s’était vus début février en Chine, à quelques semaines de l’offensive russe contre l’Ukraine. Moscow and Beijing then signed a joint declaration calling for a «nouvelle ère» dans les relations internationales ainsi qu’à la fin de l’hégémonie américaine, et qui dénonçait le rôle des alliances militaires occidentales, l’ATAN et l’AUKUS ( Australia, the United Kingdom and the United States).