December 9, 2022

Weekly Oracle

Complete News World

Explications américano-chinoises avant un G20 sur fond de divisions

Après des années de tensions toujours plus vives entre Washington et Pékin, Joe Biden et Xi Jinping sexpliquent pour la première fois en face à face lundi sur l’île indonésienne de Bali, préambule à un sommet du G20 sombri par la war en Ukraine .

• À lire aussi: Biden wants to press Xi on North Korea at the G20

• À lire aussi: Biden souhaite discuter avec Xi de «lignes rouges» à ne pas franchir

• À lire aussi: Apple restricts in China the sharing of files on iPhone

Nine months after launching his army to invade Ukraine, the Russian president Vladimir Putin will be the grand absentee from the meeting of the leaders of the great global economies on Tuesday and Wednesday, plus a grand gathering of this type since the beginning of the pandemic.

The conflict in Ukraine is not officially on the menu of the event, but between the rise in the price of energy and food products and the fear of nuclear escalation, it dominates concerns and threatens divisions. ‘éclater au grand jour entre Occidentaux et pays du Sud reunites sur l’île tropicale.

Un premier aperçu de la tonalité de l’événement sera donné dès lundi avec une rencontre entre le président américain, arrivé dimanche soir à Bali, et son homologue chinois, une première dans leurs rôles actuels.

Les deux hommes, qui se connoisseur depuis une déconnie, ne manquent pas de sujets à débattre. Outre le refus de la China de condemner l’vasus russe, Washington et Pékin sont à couteaux tirés sur des questions allant du commerce aux droits de la personne dans la région chinoise du Xinjiang, en passant par le statut de Taïwan.

See also  Retrouvée démembree après avoir parcouru 5000 km par amour

Joe Biden veut notably presser Pékin de jouer de son influence pour modérer la Corée du Nord qui vient de proceder à une série record de tirs de missiles, semblant se préparer à conduire le 7e essai nucléaire de son histoire.

«Je connais Xi Jinping, il me connaît», a assured M. Biden, affirmant qu’ils ont toujours eu des «discussions franches».

«Nous avons très peu de malentendus. Nous devons juste determiner quelles sont les lignes rouges», advanced the American president.

Son conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan assured that M. Biden espérait des échanges «direct», but also trouver des sujets de «coopération sur des questions de fond». «Les États-Unis sont prêts à une concurrence féroce avec la China, mais ne cherchent pas la confrontation», at-il explained to journalists aboard Air Force One.

Ryan Hass, ancien responsable China du Conseil national de la sécurité américain a estimate que le président chinois «ne devrait pas être aussi accommodant avec Biden», qu’avec le chancellier German Olaf Scholz lors d’une rencontre récente, pour ne pas être vu comme «accédant à ses demandes sur l’Ukraine, le nucléaire, ou la Corée du Nord».

On the other hand, British Prime Minister Rishi Sunak, who arrived in Indonesia on Sunday, will urge the other powers to unite against the “malicious actors” of the global economy, in a barely veiled attack on China. .

Vladimir Putin has decided to be represented by his head of diplomacy Sergueï Lavrov at the G20, officially for agenda reasons. Mais certains y voient un signe que le voyage était politiquement risqué, notably alors que son armée bat en retreat dans le sud de l’Ukraine.

See also  Un morceau de pied humain retrouvé dans le parc de Yellowstone

Dans un communiqué, the Russian Ministry of Foreign Affairs has «rejected the politicization of the G20» and called on it to focus on economic issues at the origin of the creation of this format bringing together the great economies of the world rather than on subjects. de sécurité relevant selon Moscou de l’ONU.

La Russie devrait être sous pression pour étendre un accord permissant l’exportation de céréales et engrais par les ports de la mer Noire, qui parvient à expiration le 19 novembre.

At a minimum, Joe Biden and his allies want to get a clear message from the G20 to Vladimir Putin on the fact that a nuclear conflict is unacceptable. Mais même sur ce sujet, le rapprochement entre la China et la Russie potrait rendre un message commun avec les Occidentaux unattainable.

Hôte du sommet, l’Indonesia a déjà averti qu’il ne fallait pas forcément s’attendre au traditionnel communiqué commun final qui conclut ce genre de rencontres traditionnellement.

Le sommet will nevertheless give a rare occasion to occidentaux leaders, soutiens de l’Ukraine, et aux pays du Sud, qui pour beaucoup refusent de condemner Moscou, de se parler.

Et le président ukrainien Volodymyr Zelensky pourra diremente plaider sa cause, s’exprimant par visioconférence.

“Il est important dans ce moment brutal de l’histoire humaine qu’il y ait de la coopération internationale et le G20 sera une autre occassion de se regarder les yeux dans les yeux”, estimated Saturday the president of the European Council Charles Michel.