August 19, 2022

Weekly Oracle

Complete News World

Invasion russe en Ukraine: les employés de l’ambassade canadienne laissez à eux-mêmes

Affaires mondiales Canada aurait laissez à leur sort la cinquantaine d’employés ukrainiens de son embassy à Kyïv malgré le danger qui pesait sur eux après l’vasation de l’Ukraine par la Russie, selon The Globe and Mail.

• À lire aussi: The first shipment of Ukrainian cereals reached the Turkish coast

• À lire aussi: Nouvelles sanctions canadiennes contre des responsables militaires russes

Trois diplomates cités sous le couvert de l’anonymat ont raconté au quotidien que la haute direction de l’ambassade avait été informéne par les services de renseignements des Five Eyes (États-Unis, Grande-Bretagne, Australie, Nouvelle-Zéland et Canada) Qu’une invasion par la Russie était plausible et que son personnel ukrainien serait particular en danger dans un tel contexte.

Or, le gouvernement canadien aurait intimé la direction de l’ambassade de ne pas révéler ce scenario à ses travailleurs ukrainiens, sans envisager de scenario de change advenant une invasion, leaving ainsi les employés à leur fate.

Shortly before the closing of the embassy in Kyiv and the evacuation of personnel towards Lviv, the rest of the Canadian employees also received the order not to be part of the danger that guarded their colleagues. Globe.

Ottawa était conscient que ces derniers aurain pu faire partie de listes détaillant les cibles potentiales de Moscou. Les personnes figurant sur ces listes sont particulier susceptibles d’être pursuivies, détenées ou même tuées.

Des employés canadiens passé et actuels de l’ambassade ont même cotisé de leur poche pour aider leurs colleges ukrainiens. Une somme de près de 90 000$ ainsi amassée aurait aidé de nombreuses personnes, particulier des femmes, à fuir le pays.

See also  Deadly decline in Mexico City | Carlos Slim will fund the reconstruction of the metro line

Ottawa aurait agi en cas de menace directe

Dans une déclaration transmise à l’Agence QMI, l’attaché de presse de la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a assured que «si la ministre avait de l’information selon laquelle des employés recrutés sur place étaiten diremente menacés, elle aurait pris les mesures nécessaires pour assurer leur sécurité».

Le ministère affirme par ailleurs that des «regular briefings» sur la sécurité en Ukraine avaient lieu avec le personnel recruté sur place et que des hauts gradés d’Affaires mondiales étaiten en contact «constant» avec celui-ci après l’invasion.

«Depuis le début de la guerre, nous avons soutenu les employés recrutés sur place dans les décisions individuelles qu’ils ont prises pour assurer la sécurité de leur famille. Ils ont été informés des voies d’immigration vers le Canada qui s’offraient à eux s’ils choisissaient de quitter le pays. Nous avons organizée des modality de travail flexible afin qu’ils puissent travailler depuis un autre endroit s’ils décidaient de quitter Kyïv. Ils ont également été informés que leurs salaire et avantages sociaux ne séritante pas touchés par l’arrêt des activités de l’ambassade», a declaré Adrien Blanchard, attaché de Mme Jolly.

Ottawa avait ordered the transfer of employees from its embassy from Kyiv to the city of Lviv on February 12, just two weeks before the invasion began on the 24th. été déplaced en Pologne.