December 9, 2022

Weekly Oracle

Complete News World

La journaliste dissidente Ovsiannikova placed on the liste des personnes recherchées

The journalist Marina Ovsiannikova has been placed on the list of people wanted in Russia, according to a notice consulted on Monday by AFP concerning this voice critical of the conflict in Ukraine, known to brand a pacifist banner on television.

• À lire aussi: Russie: arrest de la journaliste opposé à l’offensive en Ukraine

• À lire aussi: Russie: nouvelle mende pour la journaliste opposé à l’offensive en Ukraine

• À lire aussi: Amende pour la journaliste qui avait brandi une affiche contre la guerre en Ukraine

Le site du ministère russe de l’Intérieur indicates that Mme Ovsiannikova, 44 years old, is wanted as part of a criminal case, without further details.

Inculpée en août pour «diffusion de fausses informations» sur l’armée russe — un crime passible de 10 ans de prison — elle avait été assignée à résidence par un tribunal de Moscou et avait l’interdiction d’utiliser tout moyen de communication .

Son assignment à résidence courait jusqu’au 9 octobre prochain avant une probable prolongation, dans l’attente de son procès.

Contacted by AFP, his lawyer, Dmitri Zakhvatov, confirmed that she was being investigated because “she didn’t find it until October 9”. Il n’a toutefois pas donné plus d’informations sur sa localization actuelle, en Russie ou à l’étranger.

RUSSIA-UKRAINE-CONFLICT-MEDIA-TRIAL

AFP

Le 21 septembre, date de l’annonce d’une mobilization militaire «partielle» en Russie, les soutiens de Marina Ovsiannikova avaient diffusun un message sur ses réseaux sociaux. Elle disait être allée à une audience, dans le cadre des poursuits la visant, avec une placard disant «NON A LA MOBILISATION».

See also  Mexico shooting reduces tourist excitement

Mi-Mars, quelques jours après le déclenchement de l’offensive en Ukraine, Marina Ovsiannikova avait interrompu le newspaper télévisé du soir de la grande chaîne russe Pervy Kanal, où elle travaillait comme journaliste depuis près de de 20 ans.

Elle avait agité en plein direct une placard appelant à la fin des combats et les Russ à «ne pas croire la propagande».

Écoutez l’entrevue avec Michel Roche, specialist de l’URSS à l’émission de Richard Martineau broadcast every day en direct 9 h 05 via :


Pour ce geste, elle avait été brièvement interpellée et avait écopé d’une mende. Elle avait ensemble quitte le pays pour travailler pour le média allemand Die Welt.

En juillet, elle était rentrée en Russie pour essayer de conserver la garde de ses deux enfants mineurs, que son ex-mari, vivant toujours en Russie, essayait de lui prendre.

Malgré les risques, elle avait continué à critiquer depuis Moscou le pouvoir et l’offensive, avant d’être à nouveau arrêtée et inculpée pour «diffusion de fausse informations» sur l’armée.

Depuis l’offensive en Ukraine, les autorités russes répriment toute denonciation du conflit à coups de milliers d’amendes, mais aussi d’affaires pénales passibles de très lourdes peines de prison.