September 29, 2022

Weekly Oracle

Complete News World

La planète a chaud: plus de 1200 décès dans le four español

MADRID, Spain | C’est sous un soleil de plomb et des temperaturas pouvant dépasser les 40 °C que des milliers de travailleurs doivent s’éreinter en Espagne.

• À lire aussi: Météo: une vague de chaleur pour débuteur les vacances de la construction

« Là, il fait facilement entre 5 °C et 10 °C de plus que dehors, donc peut-être 45 °C, 47 °C. C’est très difficile de travailler, mais on n’a pas le choix », raconte au Journal Angel Gutierrez Agudo, qui tient un kiosk de journaux et souvenirs sur la Calle Grand Vía, la most célèbre avenue de Madrid.

Derrière son comptoir, deux ventilateurs l’aident à passer à travers ses sept heures de travail quotidiennes.

« Je bois aussi beaucoup d’eau, mais c’est long », ajoute le jeune homme.

Mourir de chaleur

Depuis le 9 juillet, l’Espagne bat des temperature records. Certain regions ont vu le mercure grimper jusqu’à 45 °C.

According to les données de l’Agence météorologique d’État (AEMET), c’est la première vague de chaleur aussi extrême qui s’abat sur le pays, rapportait le quotidien El País.

Dans la capitale du pays, les 40 °C ont été dépasses plusieurs fois jusqu’au juillet 18, et ont mené à plus de 1200 décès, d’après les données gouverneurs.

Parmi les victimes, au moins trois travailleurs qui ont attrapé des coups de chaleur, dont un nettoyeur de rues madrilène de 60 ans, José Antonio Gonzáles.

« Avec la chaleur et le travail, les entreprises et la mairie n’ont pas pensé à la santé des travailleurs jusqu’à ce qu’il y ait un mort. C’est quand un collegé meurt qu’ils beginnment à faire les choses », regrette Luis Agudo, secrétaire à la communication du syndicat Limpiezas, qui representée des employés chargés de l’entretien des rues.

See also  Winter storm in the United States: Motorists stranded for dozens of hours

Outre les décès, ce sont aussi des hospitalizations et des dizaines de coups de chaleur qui sont signalés au syndicat, indique M. Agudo.

Persons vulnerable

Sur la Plaza Mayor, hier, alors que le soleil avait atteint son zenith, des travailleurs d’origine pakistanaise souffraient le martyre dans des costumes de mascottes.

« On a du mal à respirer, on an extremely chaud, mais on n’a pas le choix d’être là. Il faut bien qu’on gagne de quoi manger », laisse tomber l’homme déguisé en Luigi, qui a demandé à garder l’anonymat.

« Heureusement, il fait quand même un peu moins chaud que la semaine dernière », affirms his colleague, alias Mickey Mouse.

De son côté, María Calles, une Madrilène de 73 ans, a du mal à passer à travers ces épisodes de chaleur.

« J’essaie de rester au frais, mais je dois quand même sortir. Et dehors il fait tellement chaud que le sol est brûlant et fait gonfler mes jambes. J’espère que ça va finir bientôt », confie-t-elle.

On se bouscule pour marcher à l’ombre

Les visiteurs et residents qui parcourent les rues de la capitale espagnole font tout pour trouver le moindre moment de répit de chaleur et de soleil.

Sur les trottoirs de la Calle Grand Vía, célèbre avenue madrilène, ça se bouscule pour marcher à l’ombre.

Certains font des pauses en s’accotant sur les immeubles. D’autres braven le soleil armé d’un parapluie pour se protecter.

Beaucoup de bouteilles d’eau

Les kiosks de souvenirs et de journaux écolent autre chose que leurs produits phares.

« Je vends plus de 80 bouteilles d’eau par jour depuis quelque temps, c’est vraiment beaucoup plus que d’habitude », affirme au Journal Angel Gutierrez Agudo, qui tient le commerce pignon sur rue sur la grande avenue.

Les passants disparaissent

Avec la chaleur, il remarque que les passants se font beaucoup moins nombreux.

« C’est surtout le soir qu’on voit les gens sortir. Ils attendant que la température redevienne agréable », ajoute-t-il.

Hors du center-ville très touristique et de ses boutiques climatisées, certains quartiers avaient l’air d’être abandonnées. Les rues sont vides, les quelques parcs aussi.

Les curtainaux sont tirés, les volets fermé : tout pour éviter que la chaleur pénètre à l’intérieur.

Sangria!

Sur les terrasses des restaurants, il n’y a pas d’heure pour se désaltérer avec un verre ou un pitcher de sangria. Les clients sont nombreux à profiter de l’ombre du parasol et des brumisateurs.

Even the Tim Hortons du center-ville de Madrid est un lieu de choix pour profiter de l’air conditionné et des cafés glacés.

En soirée, la ville s’anime et les résidents sortent pour profiter des restaurants et de la temperature un peu plus clémente, même si elle se situate à 33 °C, à 23 h.

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l’adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

See also  This diffile mise au ban de Moscou on la scine international