December 9, 2022

Weekly Oracle

Complete News World

Les notes du camp du Canadien de Montréal

Zero victory in eight matches (0-6-2). C’est la triste fiche du Canadien pour ce calendrier préparatoire. Pour reprendre les paroles d’un vieux sage, on ne partira pas en peur avec un simple camp, mais ça reste un avant-goût d’une saison difficile à l’horizon.

• À lire aussi: Canadien de Montréal: Drouin toujours dans les plans

• À lire aussi: Canadien de Montréal: Logan Mailloux sur le point de recevoir le feu vert

• À lire aussi: Canadien de Montréal: du Costco à la LNH pour Arber Xhekaj

Dans un autre sport et à une autre époque, les Expos gained souvent la Ligue des pamplemousses. Mais le jus de pamplemousse ne se transformait jamais en champagne à la fin de l’année. On devrait garder la même logic pour la fiche du CH lors de cet interminable camp.

Il ya toutefois un nuage de fumée bien visible. Le Tricolore is a rebuilding team and victories will remain rare for the 2022-2023 season. Les partisans will have to s’y faire. La patience, une vertu souvent inexistante à Montréal, represents la clé.

Le Journal vous présente des gagnants et perdants du dernier camp sous différentés catégories.

La révélation

Kaiden Guhle

Il n’y avait pas de doutes sur son talent et son potential. Bien avant le camp, on pouvait déjà prédire qu’il cognerait à la porte de l’équipe pour un poste au sein du top six à la ligne bleue. Mais il n’y a jamais eu de réel enjeu. Guhle won the fight among the young contenders in the defensive brigade. L’ancien des Oil Kings d’Edmonton et des Raiders de Prince Albert était probabilité le meilleur défenseur à ce camp avec Mike Matheson, un joueur beaucoup plus experiement.

See also  The Omigron type comes from Canada

Les déceptions

Justin Barron

Avec la injury au bas du dos de Joel Edmundson, Barron avait plus un poste à perdre qu’à gagner. Acquis dans l’échange d’Artturi Lehkonen avec l’Avalanche du Colorado, Barron a cruellement manqué de constance à ce camp. Kent Hughes a sagement choisi de ne pas brûler les étapes avec lui. Le directeur général du Canadien réclamé le défenseur Johnathan Kovacevic, des Jets de Winnipeg, pour obtenir du renfort du côte droit à la ligne bleue. Barron, qui fêtera ses 21 ans le 15 novembre, poursuivra son apprentissage avec le Rocket de Laval.

Cayden Primeau

Sur papier, on creyait à une possible lutte entre Primeau et Samuel Montembeault pour le poste de numéro deux après Jake Allen. Étincelant lors du long parcours du Rocket en séries l’an dernier, Primeau n’a pas pouruivi sur sa lânzée au camp du CH. Il ressemblait plus au gardien qui avait la confiance dans les talons lors de son passage l’hiver dernier à Montréal. À la défense du fils de Keith, il ne jouait pas exactement devant une forteresse défensive à ce camp. À Laval, le choix de 7e tour aura l’occasion de jouer plusieurs matches et de bloqueur plusieurs rondelles. C’est exactement ce dont il a besoin.

Matthias Norlinder

Marc Bergevin disait à ses jours comme DG que c’était aux jeunes joueurs de forcer la main de la direction. Norlinder n’a pas compris ce principe. Le Suédois a porté son costume de fantôme pour le tournoi des recruits à Buffalo, le camp des recruits et le real camp de l’équipe. Il est loin de la LNH ou il n’a pas encore réalisé ce qu’il devra accomplir pour y rester.

See also  Guerre nucléaire : une faute envers l'humanité

La surprise

Arber Xhekaj

La belle histoire du camp a pour nom Arber Xhekaj. Pour les premiers jours au tournoi des recrues à Buffalo, on devait encore vérifier l’orthographe de son nom de famille. Mais on a fini par le mémoriser. Et il restera encore imprimé dans nos cerveaux. Xhekaj a saisi sa chance en jouant du jeu robuste du premier au dernier jour du camp. L’Ontarien l’a répété plus d’une fois, il n’est pas simplement un gros bonhomme, il peut aussi jouer du bon hockey en relançant bien le jeu et avec de bonnes passes. Il l’a prouvé à ce camp, mais il devra maintenant garder la même cadence.

L’adolescent

Juraj Slafkovsky

Montreal or Laval? Il y avait deux destinations possibles pour Slafkovsky. Le premier de classe du repêchage de 2022 will make his debut in Amérique du Nord avec le chandail du Canadien sur son dos. Le Slovaque a connu un camp des plus honnêtes sans tout bousculer sur son passage. À Montréal, il profitera des conseils de Martin St-Louis sur une base quotidienne.