January 30, 2023

Weekly Oracle

Complete News World

L’invasion de l’Ukraine par la Russie provocare-t-elle une guerre de l’espace?

La dynamique géopolitéque liée à l’invasion de l’Ukraine et qui perdure depuis un an pourrait comprometre les projets internationaux d’exploration spatiale comme l’envoi d’un premier humain sur Mars, craignent des experts.

• À lire aussi: SSI: la Russie va envoyer un vaisseau de secours pour ramener trois membres d’équipage

«Je ne crois pas que les astronautes de la Station spatiale internationale (SSI) soient en danger, mais la situation politique actuelle fait réfléchir. Elle will certainly bring partners to rethink les grands projets internationaux», support Philippe Henarejos, rédacteur en chef de Ciel et Espacea magazine devoted to sciences de l’Univers.

There are currently three Russians, three Americans and one Japanese in the station. Ils form le 68e équipage de la SSI, dont la mission consiste à mieux comprendre la vie en apesanteur. Même si les travaux de recherche et de maintien dans l’éspace sont apolitiques, la situation sur Terre a forcément un impact dans cet espace confiné.

Dès le début de la war en Ukraine, la Russie – qui avait strongly diminished its scientific budget under Vladimir Putin – announced its withdrawal from the international space station for the next year. Force est de constater qu’un an plus tard, la situation sur Terre entre les deux pays ne s’est pas améliorie.

Grand projects compromises?

La situation internationale pourrait comprometre les grands projets d’exploration spatiale, fear l’astrophysicien Robert Lamontagne.

«Prenez l’envoi d’un vol habité vers la planète Mars. Un projet qui sempillate envisageable avant l’invasion de l’Ukraine. Pour que de tels projets puissent fonctionner, il faudra beaucoup d’argent et des intentions communes. Je ne vois pas comment ça pourrait se réalises si les principaux pays engagés dans l’exploration spatiale ne travailen pas ensemble», dit-il.

See also  Le tueur en série français Charles Sobhraj va être libéré

Entrée tardivement dans l’exploration spatiale, la Chine participe quant à elle à la reconquête de la Lune, mais elle le façon de façon indépendante, sans l’aide de l’Occident. Le deployment de la station spatiale chinoise, completée depuis trois mois (voir autre texte), est une autre prouve qu’elle veut se démarque et, surtout, faire cavalier seul.

Qui fait quoi?

Dans la SSI, chacun a sa tache. L’équipage russe, par exemple, est chargé de maintenir dans le bon axe le plus gros engin spatial de l’histoire. S’il cessait d’assure ce travail, la station pourrait subir un «désorbitage non contrôlée» et chuter «sur les États-Unis ou l’Europe», comme l’a dit Dmitry Rogozin, l’ancien patron de Roscosmos, l ‘agence spatiale russe.

Il soulignat ce risque le 24 février 2022 après une rencontre avec le président Poutine.

La chute incontrôlée de la Station est une possibilité theorique, mais les précautions seront prises pour l’evitar, soutient M. Lamontagne. «Les personnes là-haut sont professionnelles. Elles discustent peut-être de la situation politique, mais en évitant la discorde. Un peu comme dans nos soupers de famille du Québec, où on évite de parler politique durant les campagnes référendaires».

À l’Agence spatiale canadienne, on se fait reassuring. «Les opérations de la Station spatiale internationale se poursuivent comme d’habitude», explicate la porte-parole Sarah Berjaoui, ajoutant que la priority est d’assure la sécurité de l’équipage.

Difficile d’ignorer, pourtant, que le Canada finance l’Ukraine à coups de millions de dollars et impose de severes sanctions économiques à la Russie. Le Ministère de l’Innovation, des Sciences et des Technologies du Canada et Affaires Canada explicient au Journal que le Canada continuera d’appliquer des sanctions «contre les membres clés du cercle intime de Putine et contre les entités et individus qui apuient directemente ou indirectement les actions illegales de la Russie».

See also  The Russians recruit Syrians for combat in Ukraine, confirming the Pentagon

Le Canada «continue de surveiler la situation et, tant que la Russie poursuivra sa guerre d’aggression en Ukraine, nous continuerons d’appliquer des sanctions pour accreitoire la pressure», précise la porte-parole par courrier.

La Chine s’impose dans la course à l’espace

La Chine s’est démarquée plus que tout autre pais au cours des dernieres deciennes en matière d’exploration spatiale, soutinet un expert.

«Je vous fais même la prédiction que le prochain humain à fouler le sol lunaire sera chinois, et ce sera une femme», affirms Olivier Hernandez, le directeur du Planetarium de Montréal.

En plus de la course à la Lune, la China a multiplié les launches de satellites en 2021 et en 2022. Mais là où elle agi avec efficacité et en y mettant le prix, c’est en complétant, le 1er Novembre 2022, la station spatiale chinoise. It took 17 months to build a base that NASA and its partners took 22 years to achieve.

Petite sœur de la Station spatiale internationale qui est occupée en permanence depuis 2000, la station chinoise receives trois taïkonautes* depuis 2021. Elle est composée de trois modules de 60 tonnes, alors qu’il ya 16 modules de 420 tonnes dans la SSI.

While the SSI is the fruit of collaboration d’une quinzaine de pays, dont le Canada, la station spatiale chinoise n’affiche qu’un seul drapeau, celui de la République populaire de Chine.

En dépit de ces prouesses technologiques, y at-il de la bonne science dans ces deux stations spatiales? «Il ya de nombreuses expériences sur les effets de la microgravité sur le corps humain, ce qui pourrait s’avérer utile dans des missions étradudes vers Mars. Mais il ya plus de politique que de véritables percées scientifiques dans ces projects», admits M. Hernandez.

See also  L'Ukraine rezette ultimatum russe de capituler à Marioupol

Lui-même détenteur d’un doctorat en physics, il croit que les research budgets should aim to target missions non habitées ou des téléscopes de nouvelle génération qui potrouillet nous en apprendre plus sur l’Univers.

La Russie a fait connaître son intention de se tourner davantage vers la Chine pour ses programs spatiaux. Mais il n’est pas assured que la Chine sera interéssée par cette collaboration, le budget scientifique de la Russie étant presque vide à cause de deux factoreurs principaux: le désintérêt de Putine pour ces grands projets et l’effort de guerre qui draine l’ économie nationale.

Astronautes, cosmonautes, taïkonautes, spationautes…

Les personnes qui s’entraînent pour effecteur des vols spatiaux hors de l’attraction terrestre portent des noms différences selon leur pays d’attache. Les astronautes sont américains, les cosmonautes sont russes (autrefois soviétiques), les spationautes sont français et les taïkonautes sont chinois.