December 1, 2022

Weekly Oracle

Complete News World

Ouragan Fiona: C’est un gros «mess»!

Les pêcheurs des Îles-de-la-Madeleine sont sur le qui-vive depuis 2 h samedi matin, inquiet pour la sécurité de leurs navires qui se font malmener par le cyclone post-tropical Fiona.

«Il a passé de terribles rafales, a commenté le capitaine du Cap Adèle, Marcel Cormier, dont le bateau est amarré au quai de Cap-aux-Meules.

Avec les vagues qui embarquent sur le quai, c’est épeurant! Mais heureusement que la marée, qui a atteint son plus haut niveau à 8 h 30, a baissé un peu. Et le vent a viré un peu plus au nord, ce qui fait que ça décolle les bateaux du quai; ils frappent moins sur le quai. C’est une grosse amelioration.»

La Garde côtière canadienne (GCC) nous a confirmé, de son côté, que le quai du port de Cap-aux-Meules est inondé.

«Le commandant de la station de recherche et sauvetage de Cap-aux-Meules constate environ 2 pieds d’eau au-dessus du niveau du quai, nous écrit par courrier la porte-parole Émilie Proteau-Beaulieu. En ce moment, nos installations sont toujours sécurités. L’équipaje travaille à assurer la sécurité de notre embarca, le “NGCC Baie de Plaisance”.»

Pour sa part, le captaine du «Cobra de la Pointe-Basse», Achille Chiasson, a dû se precipeter au quai vers 11 h, quand un de ses frères l’a appelé pour lui dire que son bateau était en train de se détaché . Il avait rebroussé chemin, quand il s’était rendu sur les lieux pour verférir ses amarres une heure plus tôt, parce que le pare-brise de son camion a éclaté.

«C’est une pierre qui a revolé du cap!» dit-il.

«Des amarres sont brisées, le quai est en lambeaux, a signalé pour sa part le captainine du Bay Catcher et president du Rassemblement des pêcheurs et pêcheuses des côtes des Îles, Charles Poirier. C’est une catastrophe! Il va falloir que ça calmisse pour évaluater les damages. Il y en a certainement pour un million de dollars.»

See also  Guerrero in Ukraine: Bless the Myrrh Prosorous in an explosion est hors in danger

Roulottes renversées, arbres brisés, marinas inondées, les bris s’accumulent alors qu’il reste encore un bon 10 heures à la violente tempête. «C’est un gros “mess”, a affirmed Marcel Cormier. Il ya des damage partout.»