September 29, 2022

Weekly Oracle

Complete News World

Russia has paid 300 million dollars to influence foreign elections, according to Washington

WASHINGTON | La Russie has discreetly sent au moins 300 million dollars to political parties and candidates in more than 20 countries since 2014 to try to influence the elections, according to an estimation of American intelligence rendue publique on Tuesday.

• À lire aussi: Moscou annonce des «frappes massives» face aux percées ukrainiennes

• À lire aussi: Au moins 100 morts dans les affrontements entre l’Arménie et l’Azerbaidjan

Les États-Unis «considerent qu’il s’agit là d’estimations minimales, et que la Russie a probabilite transferre secrètement davantage de fonds qui n’ont pas été repérés», a fait savoir un haut responsible américain.

«Nous pensons que ce n’est que la partie émergée de l’iceberg», at-il declared à des journalists sous le couvert de l’anonymat.

Parmi les cas les plus striking cities dans cette nouvelle analysis figure celui d’un ambassadeur russe en poste dans un pays asiatique, qui donné des millions de dollars à un candidate à une élection présidentielle.

Les renseignements américains n’ont pas precisées les noms des pays concernés. But, according to a source close to the dossier in the Biden administration, Russia has spent around 500,000 dollars to support a candidate from the Democratic Party of Albania, from the centre-right, in the 2017 elections.

Moscou aurait également financier des parties ou candidates au Monténégro, en Bosnie ou à Madagascar, selon cette même source.

Cette personne, qui n’était pas autorisée à s’exprimer officielement, a declarée que Moscou utilisait Bruxelles comme center depuis lequel de nombreuses fondations et structures soutenaient des candidates d’extrême droite.

L’ambassade russe en Équateur a également reçu «d’importantes sommes» d’argent entre 2014 et 2017, apparently dans le but d’influencer le résultat d’élections, a ajouté cette source.

See also  Conviction of drug trafficker "El Chapo" was upheld in the United States on appeal

In Europe, Moscow has used fictitious contracts and screen companies to finance political parties, while Russian public companies have sent funds to Central America, Asia, the Middle East and North Africa, according to Washington.

La Russie a parfois envoyé de l’argent liquide, mais aussi utilisate des cryptomonnaies et des cadeaux «luxueux», selon les renseignements.

«Sovereignty»

Le haut responsable declared that the American diplomacy would share these conclusions with the governments of more than 100 other countries.

L’administration de Joe Biden avait requesté cette estimation à ses services dans la foulée de l’vasion de l’Ukraine, le 24 février, qui avait conduit les États-Unis à tout faire pour isoler Moscou et armer Kiev.

L’ingérence supposée de la Russie dans des élections à l’étranger “est aussi une attaque contre la souveraineté”, denounced the porte-parole du département d’État, Ned Price.

«Il s’agit d’une tentative d’éroder la capacité des peuples à travers le monde à choisir les gouvernements qu’ils jugent les plus aptes à les représente»», he added.

Cette nouvelle évaluation n’a pas analysé l’ingérence russe dans la politique américaine.

But the American intelligence services have already accused Russia of meddling in the 2016 American election, notably using social media networks to support Donald Trump, who expressed his admiration for Russian President Vladimir Putin.

Les États-Unis «travaillent d’arrache-pied pour remédier à (leurs) faiblesses» et encouragent «les autres pays à faire de même et à (les) rejoinder dans cet effort important», declared the responsible.

Un document interne du département d’État, adressed aux représentations américaines à l’étranger, affirme que la Russie a mené cette campaign de financement pour «acrèsirée son influence sur des individus et parties» puis sassure que ceux-ci «obtiennen de bons résultats aux elections».

See also  Fusillade dans a église des États-Unis: un mortal and quatre blessés graves

Les accusations américaines d’interérence sont souvent acquiélité par des railleries de la part des responsables russes, qui renvoient les renseignements des États-Unis à leur soutien à des coups d’État en Iran ou au Chili.

  • Écoutez l’entrevue avec Normand Lester, blogeur au Journal de Montréal Journal de Québec sur QUB radio :