December 9, 2022

Weekly Oracle

Complete News World

Trump ovationné, mais aussi critiqué lors d’un rassemblement républicain

L’ancien président Donald Trump was ovated on Saturday in Las Vegas (west of the United States), during a gathering of the Republican Party, but many conservative leaders criticized the recent disappointing results in the mid-term elections. .

• À lire aussi: Le compte Twitter de Donald Trump retabli après un sondage

Lors de son premier discours depuis l’annonce mardi de sa candidature à la Maison-Blanche en 2024, M. Trump, 76 ans, a loué son mandat et fait l’éloge de ses donateurs et de membres de la Coalition juive républicaine qui tient jusqu’à dimanche sa réunion annuelle à Las Vegas, dans le Nevada.

L’ancien président a refusé d’assumer la responsabilité des résultats éléctoraux des républicains, et notably de ses poulains, aux «midterms» du 8 novembre. Il a, en revanche, declarée que le parti républicain était «beaucoup plus grand et plus puissant qu’il ne l’était avant mon arrivey».

Il a une nouvelle fois samedi remis en cause la victoire du démocrate Joe Biden à la présidentielle en 2020.

«L’élection a été truquée», declared the billionaire qui s’exprimait par connexion vidéo, mais le public, qui l’avait chaleureusement accueilée, n’a pas reagi à ces propos.

Il a été ajouté à la dernière minute dans la liste des orateurs pour la réunion annuelle de la Coalition juive républicaine.

His participation aroused attention, because several of his detractors qui l’avaient précédé aaviant invité à tourner la page et à miser sur «un leadership fort».

«J’ai une excellente politique pour le parti républicain. Arrêtons de supporter des candidats inéligibles fous dans nos primaires», declared the governor of New Hampshire (north-east), Chris Sununu, sans nommer Trump.

See also  Washington dit «ne pas encourager» les frappes ukrainiennes en Russie

L’ancien gouverneur du New Jersey, Chris Christie, a été more direct dans son discours et a insisté pour tener Donald Trump responsible du résultat des elections de mi-mandate.

«Donald Trump a choisi des candidates avec un criterium, un seul. Il ne s’agitita pas de leur éligibilité, de leur expérience, de leur sagesse ou de leur charisme. (…) Mais s’ils creyaient ou non que l’élection présidentielle de 2020 a été volée. Si vous croyez en cela, je vous soutiens, sinon, je vous rejette», a lancé M. Christie, qui s’est adressé à la foule quelques heures avant l’ancien président.

«Eh bien, laissez-moi vous dire, ce n’est pas ce que represente ce parti. Ce n’est pas ce qu’il devrait représenter à l’avenir. Nous devons arrêter cela maintenant. Nous perdons parce que Donald Trump s’est mis au-dessus de tout le reste», at-il mis en garde.

Pour sa part, le gouverneur du Maryland Larry Hogan a une nouvelle fois critiqué M. Trump dans son discours vendredi.

«Même les partisans les plus ardents de Trump disent qu’ils en ont assez (…)», a fait valoir M. Hogan.

Aux électroniques de mi-mandat, le parti républicain avait promis une «vague rouge» qui eliminaireit le parti démocrate des deux chambres du Congrès à Washington.

Cependant, les républicains n’ont obten qu’une faible majorité à la Chambre des représentants, après que plusieurs candidats soutenu par Donald Trump ont été vancus. Cela a été également le cas au Sénat –resté aux mains des démocrates– et dans des postes de gouverneurs considered comme cruciaux.

M. Trump avait été précédé samedi par l’ancien Prime minister israeli Benjamin Netanyahu.

See also  Colère à l'entrée du Machu Picchu

De son côté, l’ancien secrétaire d’État Mike Pompeo –qui a servi sous l’administration Trump et auquel les observateurs prêtent aussi des ambitions présidentielles– était présent au rassemblement.

«Notre parti a besoin de dirientes forts, maintenant plus que jamais. Les personnalités, les célébrités, ne feront pas le travail», at-il dit vendredi, sans nommer Donald Trump.

Le gouverneur de Florida Ron DeSantis, pressenti pour également participer à la primaire républicaine en vue de 2024, a été réélu triumphalement dans son Etat, ce qui a conduit certains médias conservateurs à voir en lui le nouveau chief du parti républicain.

Il doit prendre la parole samedi en clôture du rassemblement.