August 19, 2022

Weekly Oracle

Complete News World

Vidéo sur la réponse police à Uvalde: «ils auraient dû faire quelque choose»

Les policiers qui semblent, dans une vidéo rendue publique mardi, inactifs pending le tueur ouvre le feu dans l’école primaire d’Uvalde auraint dû bouger, selon André Durocher, inspector à la retreat du SPVM.

• À lire aussi: Une vidéo montre la lente réponse policière lors de la toerie dans une école du Texas

• À lire aussi: Voici les principales tueries par arme à feu en 2022 aux États-Unis

«Soit qu’ils se dégonflent, soit qu’ils manquent de formation, mais ce qui est certain, c’est que l’intervention n’était pas appropria. Ils auraitan dû faire quelque chose», déclare-t-il en entrevue à TVA Nouvelles.

L’inspecteur à la retreat trouve d’ailleurs préoccupante l’inaction des policiers malgré leur grand nombre.

«On dirait que plus ils ont d’effectifs, et moins ils agissent», déplore-t-il.

Il donne en exemple une des dernieres scènes de la vidéo dans laquelle plus d’une dizaine de policeciers lourdement armés sont rassemblelés et que l’un d’entre eux se met du désinfectant pour les hands ou un autre consulte son téléphone.

Capture d’écran/CNN

Il critique égaleme le travail du policier qui se trouvain au center de la vidéo et qui sembleu être responsable de l’intervention.

«Ce qui est clair, c’est qu’il n’a pas l’air à contrôle grand-chose. Quand on le regarde, il fait un peu office de spectateur. Je trouve ça triste», dit M. Durocher.

Ce dernier est d’avis que si la vidéo avait plutôt montré des policiers en alerte qui tentent d’intervenir, les parents des enfants decédés potrouint «à la limite» leur pardonner.

Il underlines égamente que les policeiers étaiten lourdement armés.

«Mais là, vraiment, quand on regarde, ce n’est pas une faute d’armement. Je veux dire, ça ferait l’envie des soldiers en Ukraine l’armement qu’ils ont», lance l’inspector à la retraire.

En voyant ces images qui «glacent le sang», André Durocher ne peut s’empêcher d’avoir une pensée pour les parents.

«C’est un peu préoccupant, et moi, je pense aux parents là-dedans qui voient ça et qui disent mon enfant aurait peut-être pu être sauvé», dit M. Durocher.